Biblio

 

© le15ter

© le15ter

J’ai rangé ma bibliothèque.

D’ordinaire c’est un plaisir que je garde pour les vacances d’été. Un bon point de départ pour la rentrée. Un genre de rituel estudiantin (même si je ne suis plus étudiante depuis bien longtemps !). Mais cette année j’avais le projet de récupérer un morceau d’étagère pour augmenter mon volume de rangement et je n’ai pas vu l’utilité de faire un grand ménage avant. Evidemment, j’ai quand même épousseté rapidement mes volumes et mes casiers mais je n’ai rien touché du classement.

Or, le classement c’est la partie la plus intéressante de l’affaire… héhéhé.

Il me semble que la manière d’ordonner ses livres est un truc très personnel. L’une des choses auxquelles on réfléchit beaucoup (comme pour le classement des photos : par année ? par thème ? par type ? ou le rangement des CD : par ordre alphabétique des artistes ? par style ? par année de publication ?). C’est très révélateur d’une manière de penser, d’une façon d’être. Par expérience, je dirais aussi que ça évolue avec les années, que l’usage à de l’importance, qu’on peut être séduit par un esthétisme et finalement opter pour une disposition très fonctionnelle.

© le15ter

© le15ter

J’ai donc rangé ma bibliothèque. Maintenant elle prend le mur entier du salon. Ça réduit carrément l’espace déjà minuscule mais je ne pourrai assurément pas m’en passer. Regarder les rangées de livres est un plaisir quotidien. Et j’ai aussi passé beaucoup de temps à regarder les étagères en cours de rangement. C’est important de réfléchir à distance : comprendre ce qui serait le plus logique, adapter en fonction des usages, se poser des questions d’équilibre (comme pour un tableau de Mondrian), etc. Il me faut donc plusieurs jours pour effectuer le classement définitif et laisser au processus le temps de se mettre en place.

© le15ter

© le15ter

J’ai abandonné il y a longtemps l’idée de classer mes livres par taille ou par couleur (oui, oui, je l’ai fait). C’est joli mais complètement inutilisable. Je distingue cependant dans mon agencement les romans et autres ouvrages de fiction, les livres de loisir (livres de cuisine, guides de voyage, livres de bricolage…) et les livres d’art dont j’use régulièrement et qui sont pour moi des livres de travail. Les deux premières catégories sont rangées par thématiques (plus ou moins). J’ai eu longtemps tendance à ranger à part les livres de poches (qui vieillissent mal et sont souvent assez laids) mais cette distinction tend à disparaître. J’avais aussi l’habitude de séparer les deux premières catégories de la dernière. Mais puisque j’ai un nouveau module d’étagères superposé cela semble moins pertinent. Effectivement, il m’est apparu peu probable de pouvoir utiliser régulièrement les cases les plus hautes. Il était donc évident qu’il fallait y placer les livres les moins lus quelle que soit leur catégorie. J’ai donc longuement cogité et je suis arrivée à cet ordre :

Rangée 1 (la plus haute) : 1. Vestiges littéraires (les livres lus à l’école, des vieux poches récupérés dans les greniers ou les brocantes, les livres lus une fois mais que je ne relirai sans doute jamais mais que je suis incapable de jeter ou donner) et au premier plan, des livres plus récents mais peu relus, 2. Policiers (adorés pour certains mais peu susceptibles d’être relus souvent car une fois que l’on connaît la chute…), 3. Généralités en art (ouvrages très généraux, peu scientifiques), 4. Revues (vieux exemplaires du Journal des Arts et quelques numéros de Beaux-Arts Magazine), 5. Préhistoire, Antiquité, Moyen-Âge (de toute évidence, pas du tout ma spécialité).

Rangée 2 : 1. Littérature adorée (Jane Austen et autres classiques comme les pièces de théâtre, que je peux relire à tous moments), 2. Littérature contemporaine (Stéphane Héaume, Alessandro Baricco, François Morel, etc et au fond les romans historiques) que je prête volontiers, 3. Renaissance (essentiellement le XVe siècle), 4. Maniérisme (en France et en Italie surtout), 5. XVIIe siècle Italien et flamand (mes chouchous Caravage et Rembrandt en bonne place).

Rangée 3 : 1. BD (pour relire un exemplaire sur un coup de tête un soir), 2. Théories des arts (techniques, méthodes d’analyse d’œuvre, Daniel Arasse et Cennino Cennini), 3. XVIIe siècle français (ça déborde un peu,  hummm), 4. XVIIIe siècle européen et Dictionnaire (à portée de main), 5. XIXe siècle (essentiellement les artistes n’ayant pas trop débordé sur le XXe siècle, les symbolistes, etc).

Rangée 4 : 1. Livres et patrons de couture, 2. Iconographie (la nuit, la mythologie, les symboles), 3. Transition XIXe/XXe siècles (Les Nabis, Van Gogh, l’impressionnisme, etc), 4. Début XXe siècle (Avant-gardes, Surréalisme), 5. Art contemporain (expositions surtout).

Rangée 5 / 1. Documents et fiches concernant le Musée des Beaux-Arts de Nantes et le Louvre, 2. Albums photos, 3. Art contemporain, thèmes (le nu, l’abstraction, etc), 4. Thèmes, toutes périodes confondues (Venise, villas balnéaires, portrait), 5. Catalogues des musées étrangers.

Rangée 6 : 1. Magazines de décoration anciens (les plus récents sont accessibles dans un porte-revues, quelque part dans l’appart), 2. Albums photos 3. Boîtes de rangement diverses, 4. Femmes artistes, 5. Catalogues des musées français.

Je me rends bien compte qu’écrire un article sur le classement de ma bibliothèque n’intéresse que moi, mais j’assume. Et, je ne vous ai montré qu’une moitié de ma bibliothèque en réalité… Il manque les guides de voyages, les livres de cuisine, les livres prêtés, les livres de bricolage… Vous l’avez échappé belle !

Pour en savoir plus :
Comme je ne suis pas la seule à me poser ces questions existentielles
Ma bibliothèque n’est pas originale, c’est une Expedit de chez Ikea. Du coup, en deux modules : le 25 cases et une colonne de 5 cases. Evidemment, c’est idéal pour les grands formats (quoique j’ai trois livres qui n’entrent pas dans les casiers) mais moins sympa pour les petits formats qui se retrouvent sur 2 niveaux.
Si vous espériez acquérir ce modèle, c’est fini! Expedit n’existe plus chez Ikea. Le modèle Kallax l’a remplacé. Presque identique, quoique… ces étagères n’existent plus en 25 cases! Les amateurs de vinyles sont rassurés (les casiers n’ont pas changé de dimension et conviennent parfaitement aux 33 tours) mais c’est moins harmonieux quand même et je ne pourrais pas superposer comme je l’ai fait la colonne (seulement 4 cases) sur la bibliothèque de 5 casiers! Désespoir! Enfin, tout est relatif mais il existe des fanatiques!
This entry was posted in Dans les cartons, New and tagged , , . Bookmark the permalink.

One Response to Biblio

  1. Lilou says:

    J’ai renoncé à classer ma bibliothèque depuis longtemps ! Mais, je suis comme toi, j’aime regarder mes livres et je ne peux pas concevoir mon espace de vie sans les voir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *