Captain

 Her © Wild Bunch Distribution

Her © Wild Bunch Distribution

Comme j’aime bien restée plantée sur une chaise le nez en l’air ou contempler le plafond avachie sur le canapé, j’ai élaboré toutes sortes de théories inutiles, que ce blog me donne l’occasion de livrer. Personne n’est obligé de les lire, évidemment… Il se trouve que l’une des mes méthodes est en ce moment perturbée par des expériences récentes. De quoi je parle ? De cinéma !

Ce qu’il faut savoir c’est que je ne suis pas beaucoup allée au cinéma dans mon enfance (ne pas habiter en ville…) mais que je me suis grave rattrapée à partir du lycée (aller au lycée dans une grande ville, loin de sa famille…) et que j’ai même pendant un temps lu les magazines de ciné. Après je me suis mise à écouter la radio (Le Masque et la plume, entre autres… France inter addict). Quoiqu’il en soit, je n’ai jamais laissé les avis des autres déterminer ce que je suis allée voir au cinéma. Ce qui explique que j’ai déjà été complètement seule (je veux dire qu’il n’y avait que moi) dans une salle de cinéma et que je n’ai pas vu LE film que tout le monde a vu (genre… Intouchables).

Bref. Mon système pour sélectionner un film est le suivant (indépendamment des médias mais bien sûr qu’un film qui n’est jamais évoqué et que la réussite d’une bande-annonce importent) :

1/ L’histoire, le scénario, le pitch, l’idée. Si ça me plait c’est déjà bien parti. J’irai sans doute voir le film au cinéma si j’ai le temps, ou bien je le verrai en DVD (en ce moment, j’ai très envie de voir un film allemand qui n’est pas sorti en salles en France, qui n’est pas traduit et dont les acteurs/réalisateurs ne sont pas célèbres en France, juste parce que l’histoire me semble hilarante… mais je ne parle pas du tout allemand et donc même le visionnage en DVD est impossible, arrrgh !).

2/ Le réalisateur, le metteur en scène. Si j’aime les précédents films de l’auteur ça peut avoir deux types d’influence : je suis moyennement convaincue par un scénario mais j’adore le style de l’auteur … je tente ; ou bien, je m’intéresse à ce film parce que je m’intéresse à cet auteur, mais personne n’en parle, heureusement que je suis aux aguets. C’est un peu moins valable pour les réalisateurs hollywoodiens, mais pas inutile.

3/ Les acteurs. En fait, les acteurs sont la cerise sur le gâteau mais jamais le gâteau. Il m’arrive fréquemment d’aller voir des films dont les interprètes m’horripilent (genre, j’ai du mal à supporter Romain Duris mais je vais souvent voir ses films), par ailleurs, je ne vais jamais, jamais voir un film parce que tel acteur que j’aime bien y joue (je n’ai donc pas vu tous les films de Julia Roberts et tant mieux).

Il est évident que ce système m’a sans doute fait rater des pépites mais globalement, je suis assez rarement déçue par les films que je vois (il existe des contre-exemples malheureusement, voir ci-après le cas des Woody Allen…). Mais je me pose des questions car je viens récemment de voir : Captain America, le soldat de l’hiver (ciné), Her (ciné) et le Snowpiercer (DVD).

Captain America, Le Soldat de l'hiver, 2014

Captain America 2, 2014

Snowpiercer, 2013

Snowpiercer, 2013

Her, 2014

Her, 2014

Or, Captain America n’était pas un scénario qui m’emballait et je n’aime pas vraiment les autres films des réalisateurs et puis Chris Evans n’a jamais été un acteur « bonus ».

De l’univers Marvel, Captain America est le héros qui m’intéresse le moins a priori. C’est l’idée de l’Amérique comme centre du monde qui m’horripile, je crois. Et puis Steve Rogers, le blondinet musclé ne m’apparaît jamais vraiment charismatique. C’était déjà comme ça pour le premier volet des aventures de ce héros de comics porté à l’écran : j’y étais allée sans beaucoup d’enthousiasme. Donc, cette fois, je me suis décidée essentiellement parce qu’il semblait que cet opus soit important pour la logique des films Marvel.

Captain America © The Walt Disney Pictures

Captain America © The Walt Disney Pictures

J’avoue aussi que la bande-annonce n’était pas très attirante sauf la scène de l’ascenseur que j’avais très envie de voir en vrai. Et bien finalement, j’ai beaucoup aimé le film en général, le scénario, la réalisation et la prestation de Chris Evans. Même si ça reste un film de « super héros » et qu’il n’a rien de renversant (alors que Les Watchmen de Frank Snyder, est un film de super héros qui me hante).

Snowpiercer avait capté mon attention au moment de sa sortie en salle. L’histoire me plaisait bien (une ère glaciaire, les vestiges de l’humanité bloqués dans un train high-tec qui fait le tour du monde continuellement, une lutte des classes) mais j’ai aussi pensé que ça pouvait facilement devenir ennuyeux, plein de clichés ou très casse-gueule (là, j’aurai aimé trouver un autre mot plus soutenu pour exprimer mon idée, mais… pffft). Donc, grosse hésitation et comme je ne connaissais pas le réalisateur et que Chris Evans n’était pas un facteur bonus, je ne suis pas allée le voir. Et bien, dommage, parce que ce film doit gagner à être vu sur grand écran.

Bong Joon-Ho surt le tournage du Snowpiercer

Bong Joon-Ho surt le tournage du Snowpiercer

La réalisation est assez inventive, l’ambiance générale très travaillée et Chris Evans est vraiment convaincant, outre la présence de Ed Harris, John Hurt, Tilda Swinton et Jamie Bell au casting. Il est évident que l’histoire est pleine d’incohérences et la fin me semble irrationnelle mais globalement c’est quand même un film vraiment intéressant. Je vais, je pense, lire la BD française qui l’a inspiré.

Enfin, j’avais très envie de voir Her à cause du scénario (dans un futur assez proche, une histoire d’amour entre un homme et un système d’exploitation), du réalisateur (Spike Jonze) et des acteurs (Joaquim Phoenix et Amy Adams). Je n’ai donc pas été déçue.

Her © Warner Bros.

Her © Warner Bros.

Cependant, la réussite du film tient à mon avis autant à la réalisation de Spike Jonze qu’à la prestation des acteurs et je pense que la voix de Scarlett Johannsson est un super atout alors que cette actrice m’agace vraiment d’ordinaire et que je la trouve assez moyenne en général, voire carrément mauvaise (comme dans les films de Woody Allen, un réalisateur que j’aime mais dont je n’ai pas réussi à trouver réussis les films avec Scarlett Johannsson). Damned !

Les acteurs devraient-ils être un facteur plus fort pour choisir mon prochain programme ? Mais dans ce cas, je serai forcément passé à côté de Her parce que la présence d’une actrice jugée médiocre m’aurait découragée… Est-ce que tous les films avec Chris Evans sont forcément bien ? Est-ce qu’il faut voir tous les films avec Joaquim Phoenix sous prétexte qu’il est excellent même si je n’aime pas l’idée de départ ? Devrais-je reprendre la lecture des magazines de cinéma ?

Je n’ai pas encore décidé de remettre en cause mon système de sélection car j’aime ma subjectivité. Mais je me pose des questions…

Pour en savoir plus :
Snowpiercer, Le Transperceneige du réalisateur coréen Bong Joon-ho. Adapté de la BD française Le Transperceneige de Jean-Marc Rochette et Jacques Lob. On en apprend un peu plus sur le film en allant chez le diffuseur français Wildside. Pour avoir une critique très poussée du scénario, on peut aussi lire l’article de l’Odieux connard (évidemment c’est bourré de mauvaise foi).
Captain America, le soldat de l’hiver de Anthony et Joe Russo possède son propre site pour les fanatiques qui voudraient télécharger des fonds d’écrans et autres images animées ! Et pour les Watchmen, on regarde la bande-annonce ici.
On se plonge dans l’ambiance de Her de Spike Jonze grâce au singulier blog associé.
Oh et puis le film allemand que je veux voir : Jesus liebt mich (Jesus loves me) adapté du livre de David Safier et réalisé par Florian David Fitz. Mais avant de me lancer dans des cours d’allemand, je vais essayer de lire le livre en VF… 
 
Edit du 3/05/2014 : je viens de terminer le livre de David Safier, Jésus m’aime. Hilarant. J’en ai pleuré de rire mais j’imagine que tout le monde ne peut pas apprécier cette légèreté associée au divin. Bon, j’ai aussi regardé le film EN ALLEMAND. Je n’ai évidemment rien compris aux dialogues (mais j’ai quand même saisi une bonne partie de l’histoire). J’espère encore un DVD avec un sous-titrage français (ou anglais) un jour d’autant qu’on m’a dit que le film était en fait sorti en France. What!?
This entry was posted in Au salon, New and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *