Deep Blue

blue2Trouver des accessoires bleu intense, ce n’est pas si facile. Surtout pour les bijoux. Il y a peu de pierres bleu roi ou bleu Klein. En fait, ce sont le lapis-Lazuli et l’azurite que l’on utilise depuis l’antiquité pour obtenir des bleus profonds mais lumineux. Le lapis-lazuli est plus coûteux, il vient d’Afghanistan[1] et peut être utilisé en gemme ou réduit en poudre (pigment outremer). L’azurite est plus commune. C’est un carbonate de cuivre dont le nom grec (kuanos) est à l’origine de notre mot cyan. On l’utilise aussi en pierre taillée ou réduite en poudre mais le pigment obtenu est moins profond que celui du lapis-lazuli et surtout, il résiste moins bien au temps et peut virer. Les Egyptiens, plus futés, avaient inventé un pigment synthétique. Le bleu égyptien est réalisé à partir de verre bleu broyé. Sa teinte n’est pas aussi intense que celle de l’outremer mais est résistante. Enfin, on utilise l’indigo pour les teintures et parfois aussi pour obtenir des bleus en peinture. Extrait d’une plante, soit le pastel, soit l’indigotier, la nuance de l’indigo est variable et se révèle surtout avec du blanc.

© le15ter

© le15ter

Qu’importe, ce qui est certain c’est qu’aujourd’hui il existe plein de colorants synthétiques et qu’obtenir un bleu intense et résistant c’est possible. Et bien, trouver des perles bleu électrique, c’est quasiment impossible. En tous cas, dans les boutiques de Nantes, il y a vraiment peu de références. J’ai donc utilisé pas mal de teintes diverses pour obtenir mes boucles d’oreille Deep Blue qui étaient parfaites pour cet été (pas trop longues, pas trop fragiles, avec du peps mais pas clinquantes). Et comme l’été, ça donne une envie d’exotisme, j’ai tout de suite eu envie de créoles. Et tadaa !

© le15ter

© le15ter

© le15ter

© le15ter

Pour en savoir plus :

[1] Aujourd’hui, il existe d’autres origines (Chili, Russie) mais finalement assez peu de gisements malgré tout.

Le matériel, vient essentiellement de La Droguerie, rue de la Fosse à Nantes et de La Cabane à perles, rue Mercoeur à Nantes.

Sur les pigments bleus utilisés à la Renaissance, l’ouvrage de Cennino Cennini, Il Libro dell’arte, est une mine d’informations et il a été récemment réédité (2009) par les éditions L’œil d’or !

J’ai photographié mes boucles d’oreille sur une aquarelle que j’ai réalisée au début de l’été, lorsque le besoin de prendre mes pinceaux était intense. Et comme je n’ai rien inventé, le tuto pour faire des agates à l’aquarelle vient du site First Home Love Life.

Evidemment que le titre de ce post m’a été inspiré par Le Grand Bleu de Luc Besson. Référence de toute une génération, si tu as moins de 30 ans, tu ne peux pas comprendre. Bref, j’avais déjà expliqué que j’écoute la BO lorsqu’il fait chaud et je sais donc qu’après le morceau The Big Blue Overture, Eric Serra a composé le Deep Blue Dream. Oh, allez écouter, juste pour la nostalgie !

This entry was posted in Dans l'atelier, New and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Deep Blue

  1. Lilou says:

    Elles sont très belles ! Elles me plaisent beaucoup et le bleu est très joli !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *