Finistere

Tréguennec © le15ter

Tréguennec © le15ter

Le Finistère c’est le bout du monde, non ? Et en plus des plages merveilleuses et des rochers multicolores, du soleil qui fait miroiter et de la brume qui enveloppe, on y trouve aussi de l’Art.

The place to be cet été : Le Fonds Hélène & Edouard Leclerc à Landerneau. On y voit un bel accrochage d’œuvres de Joan Miró (1893-1983) prêtées pour l’essentiel par la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence (finalement, plus aucune excuse pour aller dans le Midi).

Exposition Joan Miro, Fonds H & E Leclerc, Landerneau

Exposition Joan Miro, Fonds H & E Leclerc, Landerneau

Des estampes et des sculptures en majorité mais aussi, des dessins, peintures et tentures. Des vidéos présentent plus précisément le travail de Miró dans la recherche de formes et certaines de ses expérimentations plastiques.

Exposition Joan Miro, Fonds H & E Leclerc, Landerneau

Exposition Joan Miro, Fonds H & E Leclerc, Landerneau

Le travail sur la matière, les textures et les effets colorés sont au cœur de cette œuvre foisonnante qui booste. Pas de présentation chronologique précise mais plutôt des regroupements thématiques originaux : « Miró explorateur », « Miró artificier », « Miró inventeur d’objets mentaux », « Miró penseur » et « Miró, navigateur de l’air ». Par ailleurs, c’est essentiellement la deuxième partie de la carrière de Miró qui est évoquée (après 1930 et sa rencontre avec la famille Maeght).

Joan Miro, Toile brûlée I, 1973, Saint-Paul de Vence, Collection Fondation Maeght.

Joan Miro, Toile brûlée I, 1973, Saint-Paul de Vence, Collection Fondation Maeght.

La muséographie, aérée (la salle d’exposition est gigantesque) et lumineuse (le site est un ancien couvent mais largement réaménagé pour servir à des activités industrielles et commerciales, notamment un magasin Leclerc dans les années 1950), est particulièrement agréable malgré une certaine affluence (plus de 100 000 visiteurs s’y sont déjà croisés).

Véronèse, Persée délivrant Andromède, huile sur toile, 260 x 211 cm, Musée des beaux-arts de Rennes

Véronèse, Persée délivrant Andromède, huile sur toile, 260 x 211 cm, Musée des beaux-arts de Rennes

Pas de risque d’être surpris par la foule au Musée des Beaux-Arts de Quimper. L’exposition sur la peinture italienne en Bretagne (De Véronèse à Casanova), attire moins les visiteurs estivaux. Pourtant on y voit de belles pièces comme le Persée et Andromède de Véronèse du musée de Rennes ou le Portrait d’homme par Tintoret du musée de Nantes mais aussi des œuvres moins connues provenant des musées de Vannes, Morlaix, Lorient, Brest. On en profite aussi pour revoir le beau Saint martyr se préparant à la mort, typique du caravagisme, du musée de Quimper. Une grande partie des salles du musée (rez-de-chaussée et premier étage) sont consacrées à cette présentation classique mais de qualité.

Anonyme italien, Un saint martyr se préparant à la mort, vers 1620, huile sur toile, 132 x 105 m, Quimper, MBA

Anonyme italien, Un saint martyr se préparant à la mort, vers 1620, huile sur toile, 132 x 105 m, Quimper, MBA

Les œuvres sont regroupées par thèmes plutôt que par région ou période, ce qui est judicieux. La bonne idée : le mur en bas des escaliers, recouvert des œuvres restaurées du musée de Quimper, présentées sans cadre et presque bord à bord. Cette exposition permet de prendre la mesure des exceptionnelles collections des musées « bretons » (oui, alors évidemment, pour l’occasion, on parle de Bretagne historique et donc on y inclut le musée de Nantes, fermé pour de loooongs travaux et qui a prêté beaucoup d’œuvres). Et pour ceux que le voyage vers ces contrées lointaines effraie, l’exposition sera présentée à Rennes cet hiver !

Pour en savoir plus :
 
L’exposition Joan Miró, l’Arlequin artificier : du 16 juin au 3 novembre 2013, Fonds Hélène & Edouard Leclerc à Landerneau. Et sur le site du Fonds, on trouve aussi l’historique du bâtiment des Capucins et le projet culturel associé.
L’exposition De Véronèse à Casanova, parcours italien dans les collections de Bretagne : du 19 avril au 30 septembre 2013 au musée des Beaux-Arts de Quimper puis du 13 décembre 2013 au 2 mars 2014 au musée des Beaux-Arts de Rennes.
 
A Landerneau, on s’arrête déjeuner que les quais au joli et bon restaurant Par faim de quais (23, quai de Cornouaille). Des plats relativement copieux mais surtout une cuisine fraîche et « maison » pour un prix sympa (formule entrée/plat ou plat/dessert à 12,50€, entrée/plat/dessert à 15€ et des grandes salades entre 9€ et 12€). Et une terrasse agréable, un peu à l’écart de l’agitation du centre touristique.
 
Sur la route, on peut faire le détour par Le Faouët. Ce n’est plus le Finistère mais on y voit une fort intéressante exposition sur les Femmes artistes en Bretagne de 1850 à 1950. Environ 200 œuvres présentent la diversité des parcours artistiques de femmes peintres, graveurs, céramistes.
 
This entry was posted in Au balcon, Au bureau, Au salon, New and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *