Fourberies

fourberies1Incroyable comme on se laisse parfois dominer par des a priori. Et puis on a ses petites habitudes aussi. Le Grand T, l’opéra, le Lieu Unique, le Théâtre Beaulieu et parfois la Compagnie du Café théâtre car même si d’autres salles de spectacles existent à Nantes, il est impossible de tout voir, tout faire, tout tester.

Alors quand le Théâtre 100 noms a été créé en 2013, je me suis dis bof. C’était sans doute un manque de curiosité mais aussi le fait qu’il soit près du Hangar à Bananes. Personnellement je n’ai pas très envie d’y traîner le soir (il n’y a pas un seul bon restaurant là-bas). Et ce que je voyais sur les affiches me donnait l’impression de n’être pas très original. Du coup, je n’y étais jamais allée. Et puis samedi soir, une opportunité et une envie de se changer les idées m’ont conduite au Théâtre 100 noms pour les Fourberies de Scapin…

affiches

…version gypsy. Ça promettait une certaine originalité bien que je n’ai pas été tout à fait sûre du projet a priori (encore ces fameux a priori). Donc poussée par la curiosité (enfin revenue), j’ai découvert le Théâtre 100 noms et sa programmation.

Premier moment d’étonnement : le théâtre est dans un ancien hangar industriel mais quand on entre dans le hall, cet aspect disparaît totalement. Il y fait chaud et c’est rouge et or, à l’ancienne. Avec du velours et du faux marbre. Mais la surprise est surtout dans la salle : moulures et balcons, stucs et lourd rideau rouge. Un décor de carton-pâte bien sûr mais quand même très étonnant et très cosy finalement.

théatre

Et la pièce me direz-vous ? Scapin gitano ça donne quoi ?

Et bien c’est top ! Vraiment. La troupe est, il est vrai, hyper douée. Les acteurs sont aussi musiciens : accordéon, batterie, banjo, etc. Mais ce qui est le plus remarquable c’est que malgré le décor et les costumes de l’univers tzigane, c’est bien le texte de Molière, impeccablement joué, que nous avons entendu. Les acteurs très à l’aise avec ce texte se permettent donc un jeu dynamique, font des mimiques, prennent des accents, jouent avec leurs costumes… mais ne lâchent rien de la verve de Molière. Car ce texte n’est pas facile et la pièce, qui est connue, ne peut pas être mal interprétée. Mais cette adaptation est vraiment futée et maîtrisée. J’ai été hyper séduite.

fourberies3 fourberies2Moralité, je n’ai pas regretté ma soirée : divertissement et qualité, que demander de plus ?!

Pour en savoir plus :

C’était la dernière représentation de la pièce dimanche. Donc vous ne pourrez pas revoir cette version dingue des Fourberies mais ne pas hésiter à se faire une idée sur le théâtre avec un autre spectacle.

Et si vous vous interrogez sur le drôle de nom de ce théâtre c’est parce qu’à l’origine ce théâtre n’a pas de nom (le Théâtre sans nom) et puis on a proposé aux internautes de participer à la sélection du nom et 200 propositions ont été récoltées. Cinq d’entre elles ont été finalement sélectionnées et le futur public a pu voter pour choisir le nom… 100 noms donc. On peut lire cet article détaillé de Rue du Théâtre sur le projet, les origines, etc.

 

This entry was posted in Au salon, New and tagged , , , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Fourberies

  1. la soeurette says:

    Merci qui ? :-) Très bonne découverte effectivement ! J’y suis retournée avec mon entreprise pour voir La Revue des Bananes, moment très sympathique.

  2. la fille du 15ter says:

    Merci la soeurette of course!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *