Horns

afficheCe titre… dans ma tête, je l’entends avec l’accent, mais quand je le prononce… heu…bon, ce n’est pas du tout pareil (pourquoi, mais pourquoi?!). Ouais, j’imagine déjà mes amis anglophones pouffer de rire là. Enfin, du coup, au cinéma, j’ai pris mon billet sur les bornes automatiques… moins de risque de dire n’importe quoi. Sauf que chez le libraire, j’ai du répété le titre 3 fois avant de trouver la bonne personne pour répondre à ma demande (sueurs !), mais personne n’a pouffé. Ils n’ont peut-être pas compris…

Bref. Donc, j’ai vu Horns au cinéma et j’ai a-do-ré. Mais j’avais déjà le pressentiment. En fait j’avais vu la bande annonce il y a plusieurs mois et j’avais mis directement ce film sur ma liste. J’ai déjà expliqué mes critères de sélection. Ici c’était : 1/ l’histoire (suffisamment étrange pour intriguer), 2/ l’ambiance et la lumière (qui apparaissait très belle sur les premières images), la bande sonore et les costumes, 3/ le metteur en scène, Alexandre Aja, dont j’avais déjà repéré des choses intéressantes mais sans avoir rien vu vraiment 4/ Daniel Radcliffe que je trouve vraiment talentueux surtout à cause de The Young Doctor’s Notebook et que j’ai aussi aimé dans La Dame en noir.

Ok. Entre temps, j’ai vu cette vidéo :

Une interview d’Alexandre Aja et de Daniel Radcliffe. Et Alexandre Aja parle si bien du livre qui l’a inspiré que j’ai eu envie de le lire! Oui, mais chez mon libraire, ils n’avaient plus le livre en stock. Je l’ai donc commandé mais je n’ai pas pu le lire AVANT d’aller voir le film (c’est grave docteur ?).

Cet article commence à être diablement décousu. Normal. Donc. Reprenons.

 

Le film : une intrigue qui se dévoile grâce à des flashbacks entremêlés, finalement assez peu d’effets spéciaux, un univers un peu rétro 70’s, une chouette bande-son, des acteurs très intéressants, un héros étrange et captivant, et au milieu de quelques scènes horrifiques et d’une enquête dramatique, pas mal de moments drôles. Difficile de qualifier ce film en fait, mais ce qui est sûr c’est que j’ai vraiment beaucoup aimé.

Daniel Radcliffe in Horns © Metropolitan FilmExport

Daniel Radcliffe in Horns © Metropolitan FilmExport

 

pocheLe livre : On y retrouve beaucoup d’éléments du film (ou plus exactement, le film suit vraiment bien certaines scènes du livre). Cependant j’ai été un peu déçue par le style. Mais je l’ai lu en français, alors c’est peut-être la traduction qui gomme un peu le ton. Globalement, le livre se lit vite et facilement mais autant l’histoire est originale, autant le style ne l’est pas. L’adaptation ciné change un peu l’intrigue donc on peut lire le livre et avoir encore un peu de suspense dans le film et vice-versa.

 

Maintenant, j’ai tellement attendu pour poster cet article, que le film n’est plus à l’affiche ! Donc, soit vous avez eu la chance de le voir, soit vous attendrez la sortie DVD. C’est tellement idiot… Ceci dit, vous pouvez toujours lire le livre!

 

Pour en savoir plus :
 
Le film d’Alexandre Aja avec plus d’infos ou ici.
Le livre traduit en français, avec le titre français « Cornes » (même pas la peine de le prononcer en anglais finalement…), en version poche : Joe Hill, Cornes, Paris, J’ai Lu, 2014.
Et si vous aviez raté la chronique sur The Young Doctor’s Notebook, suivre ce lien.
This entry was posted in Au salon, New. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *