Le Gaulois

Gaulois2Début Septembre, j’ai découvert avec Flo et Charlotte, la Fête de l’oignon d’Erdeven ! Une animation populaire avec défilé de chars et de fanfares, camelots proposant parapluies et autres objets plus ou moins utiles, concours de lancer d’oignons (!!!) et bien sûr : vente d’oignons et compagnie (ail, échalote, légumes). Mais ce que j’ai préféré c’est le « troc et puces » du dimanche parce qu’il y avait vraiment des objets intéressants et de bonnes affaires. Mais je me suis retenue et je n’ai fait qu’une seule acquisition : un beau gaulois !

Plus exactement, j’ai acheté une eau-forte représentant un gaulois assis sur un rocher! La gravure m’a tout de suite attirée et à 3€ (cadre compris), je n’ai pas trop hésité. Le papier est un peu piqué mais rien qu’un nettoyage ne puisse faire presque entièrement disparaître. Et le travail de gravure est très beau.

gaulois1J’ai fait quelques recherches sur les artistes (le dessinateur et le graveur) mais je n’ai pas trouvé beaucoup de choses de concluant.

Gaulois4Le peintre (ou le dessinateur) a signé E. Dieudonné 1875. Mais cet artiste ne semble pas avoir beaucoup produit et est complètement tombé dans l’oubli.

Le graveur a signé A. M. Monnin. Il semble qu’il s’agisse d’un graveur nommé Marc Antoine Claude Monnin, actif au XIXe siècle et qui a réalisé quelques gravures d’interprétations intéressantes[1]. Mais je n’ai pas trouvé sa biographie précise.

Enfin, il est mentionné dans la lettre, le nom de l’imprimeur : Ch. Delâtre. Malgré cela, je n’ai pas réussi à en savoir plus sur l’œuvre et notamment, je ne connais pas son titre.

Tant pis, cela restera « Le Gaulois » pour l’instant.

Gaulois3

En attendant de restaurer un peu le cadre et l’estampe, je contemple tous les jours ce fier gaulois athlétique. Je crois que c’est un thème que j’aime bien. L’une de mes œuvres préférées est le Galate mourant des Musées du Capitole (Rome), une sculpture antique que j’ai observé longuement car la première fois que je l’ai vu en diapositive (oui, j’ai été étudiante en histoire de l’art du temps des vraies diapositives un peu roses et pas très nettes, et c’est clairement une performance d’étudier et d’apprécier des œuvres dans ces conditions), j’ai été frappée par l’intensité qui se dégageait de la pose du personnage et de la beauté du corps.

Galate mourant, copie romaine d'un original de Pergame vers 230 av. JC, Marbre, Rome, Musées du Capitole.2

Galate mourant, copie romaine d’un original de Pergame vers 230 av. JC, Marbre, Rome, Musées du Capitole.

Galate mourant, copie romaine d'un original de Pergame vers 230 av. JC, Marbre, Rome, Musées du Capitole.3Evidemment, ma gravure ne vaut pas la sculpture romaine mais c’est aussi un plaisir de l’observer.

Pour en savoir plus :

Justement, j’aimerai en savoir plus. Si vous avez des informations sur le sujet, n’hésitez pas à laisser un commentaire.

En savoir plus sur la Fête de l’oignon d’Erdeven en lisant l’article de Ouest-France.

[1] On peut se faire une idée grâce à la liste des œuvres conservées par la Chalcographie du Louvre.

 

This entry was posted in Au bureau, Au salon, New and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *