Obsession #1

Drole de Situation Julien BaerLes obsessions musicales c’est un truc terrrrrrible ! Genre, on écoute le même CD en boucle pendant trois semaines et impossible de penser à autre chose. Même si les étagères sont remplies d’autres supers albums que l’on a adoré, que la radio propose des nouveautés ou des anciens tubes géniaux, que la wishlist Amazon frôle les 50 entrées et que l’on vient de s’offrir un abonnement Deezer illimité, rien à faire, c’est cet album là qui tourne dans la platine, dans le lecteur MP3, dans l’autoradio…

Bon, chez moi, cette semaine c’est plutôt deux albums qui tournent en boucle mais c’est logique, vous allez voir…

Je suis adepte des bibliothèques (qui sont devenues des médiathèques) et je trouve super de ne pas avoir à acheter un livre qu’on ne lit qu’une fois ou le DVD d’un film qu’on ne reverra jamais. Mais emprunter dans les médiathèques ne m’a jamais empêché d’acheter des livres ou des disques : il y a des choses qu’il faut posséder pour se les approprier et puis il y a le délai de retour qui est parfois hyper-super-méga court (oui, j’ai le sens de la mesure).

cherchellJe crois que depuis le début (la fin des années 90) j’ai toujours régulièrement emprunté les albums de Julien Baer. De temps en temps, par hasard, je tombais sur un de ses albums, nouveau ou non, et je me disais « tiens, oui, c’est sympa ». J’ai donc toujours apprécié les musiques de Julien Baer. Mais je n’avais pas eu d’obsession baerienne. C’est-à-dire qu’à chaque fois j’écoutais l’album deux ou trois fois et le rapportais sagement, pas trop en retard, à la bibliothèque. Le mois dernier, j’ai fait ça. Enfin presque : j’ai emprunté Cherchell à la médiathèque, je l’ai mis dans la platine pour une écoute et baaam ! Une obsession musicale… Je ne l’ai donc pas encore rapporté (forcément, je suis en retard et je vais recevoir un mail de rappel… je me demande si je peux donner comme excuse l’obsession musicale ? Ou dire que c’est de la faute de Julien Baer ?).

Je me demande aussi si c’est une question d’âge. Est-ce que les paroles et les ambiances des albums de Julien Baer me touchent plus maintenant parce que je suis plus âgée ? Je pense à ça parce qu’il y a beaucoup de nostalgie dans ses chansons et que c’est peut-être une chose qu’on apprécie avec le temps… D’un autre côté, je pense qu’il y a également énormément d’illogisme dans toute obsession (musicale ou non) et par ailleurs, j’ai toujours aimé les trucs nostalgiques. Donc, j’ai écouté en boucle l’album et je me suis aussi précipitée pour acheter le dernier : Drôle de situation (qui est un genre de best-of, mais pas vraiment, oui ce n’est pas très clair, mais c’est normal avec Julien Baer) qui s’est également mis à tourner en boucle à la suite de l’autre (j’ai une chaîne avec 5 plateaux !!! c’est vraiment luxueux et classieux, non ? non).

Les ambiances de tous les albums sont assez différentes si je me souviens bien mais dans l’esprit, il existe de nombreux points communs. Comme je ne suis pas une spécialiste de musique je n’ai pas les mots adéquats pour vous en parler mais disons que pour moi, les compositions de Julien Baer évoquent des images, des films, des histoires, des ambiances assez rétros. D’une manière générale, tous ses albums ont un côté balnéaire pour moi. Je veux dire qu’ils m’évoquent d’une façon ou d’une autre le bord de mer. Principalement une fin d’été dans les années 70 à La Baule avec des décors oranges & écrus et des miroirs fumés ou une croisière méditerranéenne sur un paquebot à la décoration surannée dans les années 60 (oui, je me fais des films passionnants dans ma tête !). Il faut imaginer des photos Polaroïd, des lunettes de soleil, le miroitement de l’eau, le temps ralenti. Je ne veux pourtant pas vous laisser croire que les chansons de Julien Baer ne parlent que de mer ou sont particulièrement lentes. C’est plutôt rythmé en réalité.

exposition julien baerL’avantage de cette obsession c’est que j’ai découvert les photos de Julien Baer. Des photos simples et complexes à la fois. Il a un truc dans le regard ce garçon parce que ça pourrait être ennuyeux des chiens errants, des oiseaux esseulés, des morceaux de murs et… pas du tout. Je trouve qu’il y a une vraie cohérence entre les photos et les chansons mais je ne saurais pas vraiment dire laquelle. L’idée du temps ralenti est toujours très présente mais aussi un certain dynamisme, une certaine modernité.

D’un point de vue musical, Julien Baer se sont des mélopées lancinantes, des rengaines addictives, des ballades cadencées, des refrains entraînants, un mélange d’électro, de pop, de musique du monde. C’est un kaléidoscope d’influences, une palette subtile de sons variés, une voix posée, douce et étrangement assurée aussi. Bref, c’est spécial et captivant. Malgré une impression de simplicité, les compositions musicales et les textes sont raffinés et sophistiqués, à l’image de leur auteur, je crois.

portraitJe n’ai pas les mots propres au domaine de la musique mais je connais un mot qui collerait parfaitement au style de Julien Baer : la sprezzatura. Utilisé par Baldassare Castiglione dans son Livre du Courtisan il signifie :  donner une impression de nonchalance et de facilité à une chose complexe et exigeante (vous remarquerez que j’ai réussi à placer une référence de la Renaissance dans un article qui n’a aucun rapport!).

J’ai du mal à comprendre comment cet artiste, qui n’écoute pas d’album et ne doit donc pas subir le problème de l’obsession musicale, réussit si bien à la créer. C’est un mystère qui ajoute à l’attraction de l’œuvre. Je suis conquise… et c’est assez rare en musique !

Pour en savoir plus :
 
On écoute des extraits des albums sur le site officiel ou on les emprunte dans sa médiathèque. On peut aussi y voir les clips et quelques photos.
On jette un œil sur la page facebook de Julien Baer pour découvrir d’autres photos (et on peut les voir sans être facebooké, c’est la classe). Dommage qu’il ne semble pas y avoir de catalogue pour l’exposition organisée en 2011 à la Galerie Chappe.
On lit le superbe article de Catnatt.
This entry was posted in Au balcon, Au salon, New and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Obsession #1

  1. mk says:

    Pour quelqu’un qui ne sait pas trop parler de musique, tu as su je pense trouver les bons mots…
    Pour ma part, cela fait 15 ans que je suis obsédé par la musique de ce personnage singulier…

    • la fille du 15ter says:

      Si je comprends bien l’obsession risque de durer… D’un autre côté c’est une saine addiction, je trouve.

      • mk says:

        Oui, il y a clairement plus dangereux.
        Mais comme c’est un éternel insatisfait, voyageur, rêveur… Il ne faut pas être pressé(e)!

Répondre à la fille du 15ter Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *