Playlist #1

Le Barbier de Séville de Rossini, mise en scène Jean-François Sivadier, opéra de Lille, 2013

Le Barbier de Séville de Rossini, mise en scène Jean-François Sivadier, opéra de Lille, 2013

Je suis donc passablement occupée par le travail ces temps-ci et ça tombait bien parce qu’il faisait tellement moche à l’extérieur que l’idée de m’extirper de l’appart était inexistante. Comme on est quand même au mois de Mai (où, mais où ?) j’avoue que j’ai coupé le chauffage ce qui m’oblige à porter des chaussettes épaisses, des gilets en laine, des plaids enroulés, de vieux châles et je n’ai pas mis de mitaines mais uniquement parce que je ne les ai pas trouvées. C’est donc un poil déprimant tout ça (et je n’ai pas de poêle justement) et même si j’aime bien l’idée du spleen, il me faut aussi retrouver un peu de dynamisme pour travailler, y compris pendant le week-end. Et donc…

 musique ! La difficulté étant de trouver une ambiance musicale adéquate au vague à l’âme mais aussi au labeur intellectuel (ce qui veut dire pour moi pas trop de paroles). La playlist du 15ter c’est finalement ça en ce moment :

Kyle Eastwood, The View From Here1. Kyle Eastwood, The view from here. Le new album de Kyle. Vraiment chouette même si j’aimais bien l’avant-dernier aussi Songs from the Chateau (à prononcer à la française !). Du jazz péchu mais pas agressif, du rythme (Kyle Eastwood est contrebassiste) et de la précision mais aussi des ambiances lounge et des invitations au voyage. Excellent !

Kellylee Evans, Nina2. Kellylee Evans, Nina. Du jazz encore (ma musique favorite pour travailler) mais cette fois-ci vocal. La chanteuse canadienne réalise un album élégant, construit autour de belles reprises. Le titre est explicite car l’album est inspiré par Nina Simone mais les interprétations de Kellylee Evans sont singulières et personnelles, sa voix envoûtante. Beaucoup de mélancolie mais aussi de puissance dans cette musique.

theodore-paul-et-gabriel, please her, please him3. Théodore, Paul & Gabriel, Please Her, Please Him. Plutôt folk (mais comme les paroles sont en anglais je peux complètement faire abstraction et travailler en même temps, comprenez que je n’y comprends rien ou presque), cet album est un coup de cœur de l’année dernière. Des mélodies un peu rétro soutenues par un univers d’une certaine modernité forment le premier album d’un trio…féminin. Les voix parfois rauques (j’adore), parfois plus enveloppantes sont vraiment originales. Je trouve juste l’album un peu court et impossible de le faire tourner en boucle indéfiniment.

Saez, Varsovie4. Damien Saez, Varsovie, L’Alhambra, Paris. L’album qui correspond le plus à l’ambiance du moment pour moi mais que j’écoute seulement pendant les pauses car je ne peux jamais faire abstraction des textes de Damien Saez. Bouleversant comme toujours. Un triptyque (3 cds) rempli de fêlures et de certitudes, d’abandon et d’encouragement, de mots, de mélodies et d’une voix poignante. Un camaïeu de gris, des recoins sombres et des éclairs blancs, voilà ce que cet album m’évoque. Complètement addictif aussi.

Julien Baer - Julien Baer5. Julien Baer, Julien Baer. Oui, l’obsession musicale, j’ai du mal à m’en défaire, donc il y a toujours Julien dans la platine mais le premier album, celui que je connaissais le moins finalement et dont l’univers stellaire et cosmique me plaît beaucoup (c’est une question de textes, donc).

Par hasard, j’ai aussi écouté la retransmission du Barbier de Séville de Rossini (depuis l’opéra de Lille, mise en scène Jean-François Sivadier) sur France Inter samedi dernier, juste après mon émission favorite « ça peut pas faire de mal » et comme sur France inter ils sont pros, l’émission de Guillaume Gallienne était justement sur les œuvres de Beaumarchais. Parfait !

En savoir plus :
 
Kyle Eastwood, The view from here, Jazz Villages, 2013
Kyle Eastwood, Songs from the Chateau, Mack Avenue, 2011
Le site officiel de Kyle Eastwood.
Kellylee Evans, Nina, Plus Loin Music, 2010
Le site officiel de Kellylee Evans.
Theodore, Paul et Gabriel, Please her, please him, E Music, 2012
Theodore, Paul et Gabriel sur Myspace.
Damien Saez, Varsovie, L’Alhambra, Paris, Wagram, 2012
Le site officiel de Damien Saez
Julien Baer, Julien Baer, Polydor, 1997
Le site officiel de Julien Baer.
L’émission « ça peut pas faire de mal » du samedi 18 mai : La trilogie de Figaro, de Beaumarchais.
La retransmission en direct de Lille de l’Opéra de Rossini.
 
This entry was posted in Au salon, New and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to Playlist #1

  1. la soeurette says:

    Kellylee Evans, je ne connaissais pas, et bien voilà une bien belle découverte !

Répondre à la soeurette Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *