The Blues Brothers et Cie

blues2Bon alors… J’avais commencé ce post début janvier, juste après les vacances de Noël qui sont pour moi l’occasion d’une pause (que je crois bien méritée) avant un mois de janvier très chargé professionnellement. C’est la raison pour laquelle, comme l’année passée, j’avais de quoi faire un petit panorama des films visionnés au cinéma durant ces vacances. Evidemment, ce n’est plus vraiment d’actualité, mais rien que pour le premier film, je trouvais dommage de ne pas finir cet article.

Les Blues Brothers

bluesQui me servent de titre aujourd’hui. Indéniablement génial ! J’ai été voir ce film au Cinématographe, une salle que j’aime particulièrement aussi bien pour sa programmation que pour l’ambiance rétro (on se croirait à la Dernière Séance avec Eddy Mitchell !). Je crois n’avoir jamais vu la totalité de ce film auparavant. Des extraits oui, mais la trame narrative fut une découverte. Outre les prestations de Dan Ackroyd et John Belushi, ce film est une comédie musicale pleine de guest stars : Cab Calloway, Aretha Franklin et James Brown !!! C’est vraiment réjouissant. Et puis c’est aussi très drôle de croiser Carrie Fischer hors de l’univers Stars Wars.

Quand à l’histoire … elle est improbable mais finalement assez simple : deux frères musiciens cherchent à reformer leur groupe de musique à la sortie de prison de l’un des deux. Dans leur quête pour la gloire, ils entraînent avec eux les anciens membres du groupe et sèment bagarres et destructions.

Les scènes d’action parfaitement irréalistes (un immeuble qui s’effondre mais tous les protagonistes sortent indemnes et stoïques des décombres, une voiture qui tombe du ciel au ralenti et s’enfonce dans le bitume de la route…) contrastent assez étrangement avec les décors réalistes (la prison, le dinner, la ville…). Ce paradoxe est à mon sens l’un des points forts du film que l’on sent très pensé malgré son apparente légèreté. D’ailleurs, d’un point de vue esthétique, les plans, les cadrages, le travail de la lumière, etc sont excellents.

Stars Wars, épisode VII

starEvidemment j’ai été faible. Je suis allée voir dès la première semaine le nouvel opus de Stars Wars. Ce qui veut dire que je l’ai vu en VO mais aussi en 3D. Pourquoi ??? Franchement, la 3D sur un film de plus de deux heures, ça reste pour moi très épuisant et paradoxalement ça m’empêche d’être complètement happée par l’histoire (il y a toujours des zones floues et je suis obligée d’enlever mes lunettes deux ou trois fois pour reposer mes yeux). J’ai revu le film plus tard en VO et en 2D (je ne suis pas fan de cette franchise mais je ne voyais pas d’inconvénient à me faire une idée plus juste du film passée la folie de sa sortie) et j’ai vraiment mieux apprécié cette séance.

Pour le reste, on ne peut évidemment pas dire que le film soit raté. Pour autant, je ne suis pas vraiment enthousiaste. Je n’ai pas trouvé le casting démentiel. Surtout pour l’héritier de Dark Vador que je trouve très décevant. Les autres sont corrects, sans plus.

Quant au récit, je suis perplexe. C’est quasiment la même chose que l’épisode IV. La planète désertique, l’orphelin doué pour maîtriser la force et accompagné d’un robot, le bad guy casqué, l’arme-planète… Je suis hyper dubitative sur l’intérêt du scénario.

Le film reste un bon divertissement bien sûr mais je crois qu’on aurait pu s’en passer très bien.

Hunger Games, La Révolte, partie 2

hungerBof, pppff, homm. J’ai presque envie de m’arrêter ici. Outre la fin que je trouve hyper gnangnan (non ce n’est pas vraiment un spoil), le film m’a surtout beaucoup ennuyée (en réalité j’ai de moins en moins accroché au fur et à mesure des épisodes). La seule scène que j’ai trouvé chouette c’est le moment où le groupe se fait surprendre par une coulée de goudron (ou un truc du genre) dans une place de la ville désertée. Visuellement et narrativement, cette scène était cool. J’ai franchement déjà oublié la majorité des autres scènes du film. Dommage.

Joy

joyUn autre film avec Jennifer Lawrence. Et surtout réalisé par David O. Russell dont j’avais beaucoup aimé Happiness Therapy. Très clairement le film est pour moi difficile à présenter. L’histoire est originale et assez captivante, l’interprétation est impeccable. Mais le rythme est trop lent, la première partie trop longue. J’ai quand même adoré l’énergie du personnage et sa détermination. C’est un beau film mais qui ne fonctionne pas complètement et je suis déçue de n’avoir pas été plus emballée.

Bon, je profite aussi de cet article pour conseiller une chaîne YouTube que j’aime beaucoup concernant le cinéma (de genre essentiellement) : Le Fossoyeur de films. Il y a vraiment des pépites dans les différentes émissions et j’aime beaucoup le ton didactique et léger pour traiter des thèmes finalement pointus. J’attends avec impatience un mystérieux projet en lien avec le Louvre…

Pour en savoir plus :

– Les Blues Brothers de John Landis, 1980. Une version restaurée est sortie fin 2015.

Stars Wars, Le Réveil de la force (épisode VII) de J. J. Abrams, 2015. Il semble que je ne sois pas la seule à trouver des redondances dans ce scénario : lire l’article de l’Odieux connard.

Hunger Games, La Révolte, partie 2 de Francis Lawrence, 2015.

Joy de David O. Russell, 2015.

This entry was posted in Au salon, New. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *