Totalement cuivre

conserve6Quand je pense à tout ce que j’ai pu faire subir à mes parents comme activités créatives, je les plains. Des fleurs en papier de soie, de la poterie, de la peinture sur soie, du découpage, des pots-pourris, de la couture, de la peinture, des perles, des tampons encreurs, du tricot, etc, etc et j’ai même encouragé mon père à acquérir un poste pour souder à l’arc (mais que nous n’avons utilisé qu’une fois puisqu’on ne sait pas souder à l’arc… j’ai honte). Ils sont évidemment un peu coupables aussi car ils m’ont offert le matériel ou les cours adéquats, mais d’un autre côté ma sœur n’a pas eu du tout le même besoin de manipuler des matériaux, expérimenter des techniques, façonner des trucs, des bazars, des bidules, ou inventer des objets déco inutiles. Je pense que dans tout ça il y a une part de génétique (mes parents sont bricoleurs et créatifs) mais aussi une part de nécessité intérieure.

© le15ter

© le15ter

Cette introduction pour expliquer pourquoi je garde les boîtes de conserve de pois chiches. En vérité, je ne savais pas du tout ce que j’allais en faire mais le format de ces boîtes et les stries régulières de leur surface m’ont tout de suite interpellée et j’ai été OBLIGEE de les conserver pour faire quelque chose. D’un autre côté, vivre dans un appartement oblige à ne pas trop stocker de choses inutiles et j’ai du me résoudre à utiliser ces boîtes. J’avais un peu dans l’idée de les percer (avec ma perceuse dont je n’ai encore jamais eu l’occasion d’utiliser le foret spécial métal) pour en faire des photophores… mais ai-je vraiment besoin de plus de photophores ? et l’activité n’est-elle pas un poil dangereuse (percer une surface striée et courbée sans étau) ?

Et puis j’ai eu terriblement envie de réutiliser la bombe de peinture cuivrée déjà employée pour le lustre des toilettes. Finalement, après avoir bombé ces boîtes, il était évident qu’elles seraient parfaites en pots à crayons, à crochet, à pinceaux, etc.

Voici donc un DIY ultra facile pour recycler des boîtes de conserves ordinaires.

Les pots à crayons du 15ter :

Matériel

des boîtes de conserve – une bombe de peinture cuivrée – un pot de peinture noire tous supports – des cartons pour protéger les surfaces (ou une bâche) – un pinceau assez gros – éventuellement du dissolvant pour préparer la surface métallique

 

© le15ter

1. Enlever les étiquettes et prendre soin de nettoyer les éventuelles traces de colle résiduelles sur les boîtes de conserve (dissolvant).

2. Bomber avec la peinture cuivrée l’extérieur des boîtes (à faire en extérieur de préférence).

3. Plonger les boites à moitié dans le pot de peinture noire. Laisser s’égoutter un peu avant de conserves3ressortir complètement la boîte et la poser ensuite à l’envers pour que la peinture dégouline. En fonction de la consistance de la peinture, il peut être nécessaire d’inverser plusieurs fois la boîte le temps que la peinture fige et pour éviter que les coulures ne soient trop grosses. L’idée est aussi de faire varier le niveau de la peinture noire en plongeant plus ou moins la boîte dans le pot de peinture.

conserve4conserve54. Bien laisser sécher (et bougeant de temps en temps les boîtes pour qu’elles n’adhèrent pas au carton) puis peindre l’intérieur en noir avec un pinceau.

5. Tadaaa !

 

 

© le15ter

© le15ter

Cette activité m’a aussi permis de trier mes crayons, retrouver mon taille-crayon et tailler tous mes crayons, me rendre compte de ma collection de pinceau et de crochets et surtout, depuis que j’ai dispersé tous les pots dans l’appart, il y a une certaine unité dans la décoration qui est très subtile mais réelle ! Banco !

 

Pour en savoir plus :

La peinture est de la DB-Street de Dalbe, achetée à la Palette Saint-Luc à Nantes.

La peinture noire est de la Suprême satin de Tollens.

 

This entry was posted in Dans l'atelier, New. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *