Vanitas

© le15ter

© le15ter

« vanitas vanitatum et omnia vanitas » [«Vanité des vanités, tout est vanité » Ecclésiaste, 1.2].

Ouais, c’est très sentencieux tout ça ! Et en plus je ne vais même pas faire l’effort d’un article sur la Vanité dans l’art, ce qui pourtant était tout à fait envisageable… Non, cette phrase d’introduction n’était qu’une mise en bouche pour vous présenter une nouvelle bizarrerie : les boucles d’oreilles aux têtes de mort en céramique irisée ! Quelle blague!

 Acte 1. Last winter, je trouve ces incroyables petites têtes mordorées (plus exactement il s’agit d’un dégradé de couleurs  irrégulier  entre améthyste et vert-de-gris semblant résulter d’une fusion quelconque) dans la petite boutique de La Cabane à perles. Hourah ! Enthousiasme, début de bricolage et finalement abandon total du projet créatif tellement rien n’allait avec.

© le15ter

© le15ter

Acte 2. Au milieu du joli mois d’avril, je fais un saut de puce à Rennes pour voir Delphine, le festival Mythos et accessoirement pour faire un tour dans la boutique Supplément d’âme. Ô joie ! Dans les innombrables petits bocaux exposés, je découvre les mignonnes plumes noires en métal émaillé (ou en plastique imitant hyper bien le métal émaillé) ET les petites roses noires au fini mat (donc chic-issime).

© le15ter

© le15ter

Acte 3. Pendant les vacances de la Toussaint, je décide qu’il faut faire du tri dans mon stock de perles (en fait, je cherchais de quoi faire les boucles Gatsby, héhéhé) et je retrouve plein de merveilles : les précieuses têtes de mort, les beautiful plumes noires, les très élégantes roses black et des petites perles à facettes irisées aussi. Eurêka ! C’est tout bon, j’assemble vite fait tout ça et tadaaa !

© le15ter

© le15ter

Epilogue. Dommage qu’il n’existe pas de lady Hamlet comme il existe une lady Macbeth, je vous le dis ! Ces boucles sont parfaites pour méditer sur la vanité (ce qui est vain) tout en se regardant dans le miroir (ce qui est vaniteux) !

Simon Renard de Saint-André, Vanité, v. 1650, huile sur toile, Lyon, MBA.

Simon Renard de Saint-André, Vanité, v. 1650, huile sur toile, Lyon, MBA. Cette œuvre est d’une poésie étrange qui me semble en parfaite adéquation avec les boucles : c’est beau, mélancolique, fragile et tragique en même temps!

Pour en savoir plus :
 
Les perles à facettes, les têtes de mort et l’attache viennent de La Cabane à perles 5, rue Mercoeur à Nantes.
Les plumes et les roses noires se trouvent dans la boutique de Supplément d’âme 12, rue Victor Hugo à Rennes et peut-être dans la boutique en ligne.

 

 

This entry was posted in Dans l'atelier, New and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *